L’huile de palme durable : un vrai progrès pour l’environnement

Les critères d’une huile de palme durable

Pour les entreprises membres de l’Alliance, une huile de palme est durable si elle est issue d’une plantation qui :

  • est sans impact sur la déforestation, c’est-à-dire dont l’exploitation respecte les zones à haute valeur de conservation (notamment les forêts appelées « forêts primaires » ou « forêts vierges »), les forêts à haute valeur en carbone (incluant les forêts dites « secondaires ») et les tourbières.
  • préserve la biodiversité : habitats d’espèces protégées ou menacées, couloirs de passage jusqu’à 500 m de large d’une forêt à l’autre pour les animaux petits ou grands, etc.
  • utilise de façon contrôlée les pesticides, herbicides et engrais, en substituant les plus toxiques.
  • limite son empreinte carbone en valorisant notamment tous ses déchets (compostage, bio-digestion des déchets de plantation et d’huilerie, …).
  • protège les droits des populations locales et des travailleurs, en respectant le le principe du consentement libre, informé et préalable de ces communautés.

Ces critères ont été définis avec des ONG actives sur le terrain.

A fin 2015, les entreprises membres de l’Alliance Française pour une Huile de Palme Durable ont atteint leur 1er objectif de s’approvisionner à 100% en huile de palme certifiée RSPO.

Créée en 2004 sous l’égide du WWF, la RSPO (Table Ronde pour une Huile de Palme durable) est la seule organisation internationale à proposer à ses membres une certification claire, avec un cadre défini et des solutions pratiques. Elle garantit un certain niveau de protection de l’environnement, des forêts primaires mais également des zones à haute valeur de conservation. Elle garantit également une plus juste redistribution des richesses issues des palmiers à huile au niveau local.

Le respect de ces critères est une condition sine qua non de la certification, qui peut d’ailleurs être retirée par la RSPO en cas de contrôle négatif.

D’ici 2020, les membres de l’Alliance Française pour une Huile de Palme Durable s’engagent à utiliser de l’huile de palme répondant au plus haut  standard disponible.

Les critères de l’Alliance pour définir la durabilité permettent de préserver la richesse inestimable des écosystèmes, tout en prenant en compte les enjeux de développement des populations locales.

Cinq types d’écosystèmes sont ainsi concernés :

  1. Les forêts primaires. Intactes, elles n’ont jamais été ni exploitées, ni fragmentées, ni influencées par l’homme. Elles abritent notamment orangs-outans, tigres, rhinocéros et de nombreuses autres espèces protégées.
  2. Les zones de haute valeur de conservation (HVC). Il en existe trois types : environnementales (forêts primaires, rives des principaux cours d’eau…), sociales (cimetières, espaces sacrés…) et économiques (cultures vivrières, activités extractives  ou de collecte traditionnelles…).
  3. Les tourbières. Ces zones humides fragiles stockent d’énormes quantités de carbone organique et sont des zones clés pour la stabilisation du climat mondial.
  4. Les zones à haute valeur en carbone : des forêts secondaires, c’est-à-dire qui ont subi l’impact de l’homme (par l’exploitation du bois par exemple) mais sont encore très denses. Elles stockent de grandes quantités de carbone et abritent une biodiversité importante.
  5. Les terres des populations locales (en principe incluses dans les catégories « sociales » et « économiques » des zones à Haute valeur de conservation).