Premier colloque de l'Alliance : compte rendu des discussions

L’Alliance Française pour une huile de palme durable a organisé mardi 14 octobre 2014 le colloque : « huile de palme durable en 2015 : mythe ou réalité ? ». Ce colloque avait pour objectif de faire le point sur les enjeux nutritionnels et environnementaux liés à l’huile de palme.
Une centaine de personnes était présente : experts en santé/nutrition, représentants d’ONG, entreprises agroalimentaires et non agroalimentaires, distributeurs, raffineurs et  représentants de pays producteurs.

Déroulé :

Guillaume Reveilhac, Président de l’Alliance Française pour une Huile de Palme Durable, et Frans Claassen, Président de la European Palm Oil Alliance (EPOA) ont évoqué les progrès rapides avec lesquels la filière Huile de Palme se réorganise actuellement, notamment à la suite des engagements forts des entreprises, tant au niveau français qu’européen.

Le professeur Bernard Guy-Grand, coordinateur de l’état des lieux sur l’huile de palme du Fond Français pour l’Alimentation et la Santé, a ensuite abordé le volet « santé » attaché à l’huile de palme, rappelant l’absence de lien direct prouvé entre la consommation d’huile de palme et le risque cardio-vasculaires. (voir sa présentation)
Elément phare de ce colloque : Le CREDOC a présenté une étude sur la consommation réelle d’huile de palme par les Français. Pascale Hebel, Directrice du département consommation du CREDOC, a présenté les résultats de cette étude majeure réalisée auprès de plus de 2000 individus de 3 ans et plus.
Il en résulte que la consommation en huile de palme des Français est en moyenne de 2,8 grammes par jour: les produits contenant de l’huile de palme ne contribuent qu’à hauteur de 4% en moyenne aux apports en acides gras saturés des Français chez les adultes et 7% chez les enfants. Ces chiffres balayent définitivement l’idée reçue que l’huile de palme est un des principaux contributeurs en acides gras saturés.

Enfin, le Dr Patrick Serog, médecin nutritionniste a fait le lien avec sa pratique quotidienne en présentant 4 profils types de consommateurs, concluant à une  faible place de l’huile de palme dans l’alimentation des français.

Les enjeux environnementaux ont été ensuite débattus à travers deux interventions : tout d’abord, sous l’angle de la traçabilité avec Bastien Sachet, directeur de l’ONG The Forest Trust (TFT) et Mickael Blais, chef de projet durabilité chez Givaudan. Ils ont rappelé l’importance de la traçabilité en lien avec une production durable et l’importance d’exiger des entreprises européennes de s’engager pour que l’ensemble de leur approvisionnement en huile de palme soit 100% traçable.

Ce sont ensuite les critères de la durabilité qui ont fait l’objet d’une table ronde avec Jean-Manuel Bluet, directeur du développement durable chez Nestlé France, Jerôme Frignet, responsable campagne forêt Greenpeace et le Dr Basiron, président du MPOC (Malaysian Palm Oil Council). Un consensus a émergé sur l’importance de bien définir les zones à protéger, en sensibilisant l’ensemble des acteurs et notamment les pays producteurs, et en rappelant que ces critères étaient de plus en plus pris en compte par les agences d’évaluation internationales dans le monde. L’exemple de la co-construction entre Greenpeace et Nestlé d’une filière durable a pu rappeler que chacun des acteurs a un rôle important dans l’évolution de la filière.

Enfin Hubert Omont, délégué à la filière tropicale au CIRAD, a conclu cet événement en restituant le débat autour du véritable enjeu concernant  l’huile de palme : la nécessité de faire face au besoins alimentaires de 9 milliards d’êtres humains en 2050. De ce point de vue, avec une productivité sans équivalent au sein des oléagineux, mais aussi du fait des effort que la filière mène depuis 10 ans, l’huile de palme pourrait bien devenir un exemple à suivre.

Vous trouverez l’ensemble des diapositives présentées sur le lien suivant.

Fil Twitter