En 2017, l’Alliance Française pour une Huile de Palme Durable a noué un partenariat de 3 ans avec le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) visant à soutenir ses projets de recherche et de formation dans la filière du palmier à huile en Asie du Sud-Est.

Aujourd’hui, nous sommes heureux de pouvoir rendre compte des projets de recherche du CIRAD qui ont été soutenus par l’Alliance Française pour une Huile de Palme : IN-Palm et IPest-Palm ont vocation à améliorer la durabilité des pratiques dans la filière.

 

IN-Palm, un outil pour piloter la fertilisation des palmeraies

L’azote (N) est l’un des principaux nutriments que le palmier à huile puise dans le sol. Pour assurer une bonne production sans épuiser le sol, les planteurs apportent des engrais azotés synthétiques dans les plantations. Ces engrais représentent l’un des principaux coûts de production (>60% des coûts) et sont également une source critique d’impact environnemental. En effet, l’azote en surplus perdu dans l’environnement peut contribuer notamment au changement climatique, au phénomène de pluies acides et à la perte de biodiversité dans les eaux stagnantes.

Dans le cadre d’un partenariat avec PT SMART et l’Alliance Française pour une Huile de Palme Durable, un outil de pilotage de la fertilisation azotée des palmeraies a été développé au cours d’une thèse. Cet outil est basé sur le principe de modélisation du bilan azoté, prenant en compte tous les apports synthétiques et organiques d’azote, l’absorption par les palmiers et les pertes vers l’environnement. Le modèle considère les conditions de sol, de climat et les pratiques détaillées du planteur pour quantifier chaque mois les risques de pertes sous diverses formes : gazeuses, solubles dans le sol ou vers les eaux de ruissellement et souterraines. Une quantification précise des risques de perte permet de réajuster au fur et à mesure les pratiques pour réduire les pertes et donc minimiser les impacts sur l’environnement !

 

IPest-Palm, un outil pour évaluer les risques environnementaux liés à l’utilisation de pesticides

Dans les palmeraies, l’utilisation de pesticides est réduite par rapport aux cultures en plein champ, telles que le maïs ou le colza. En effet, le palmier à huile est une herbe géante qui développe au cours des 25 ans de son cycle de culture un large réseau racinaire permettant de puiser l’eau et les nutriments sans entrer en concurrence avec les herbes qui se développent naturellement sous le couvert. Néanmoins, pour permettre la récolte des fruits de palmier tous les 15 jours, les planteurs utilisent notamment des herbicides chimiques pour nettoyer au pied du palmier dans un rayon d’un à deux mètres et dans le passage de récolte une rangée sur deux. Ces traitements, dits de « confort », représentent de faibles quantités de substances chimiques actives, quelques grammes par palmier par an. Néanmoins, ces molécules actives peuvent avoir une toxicité importante pour l’environnement du fait de leur rémanence dans le milieu environnant.

L’outil IPest-Palm permet de modéliser les risques de perte vers l’environnement et de toxicité liés à différentes applications de pesticides. Il intègre une base de données sur la toxicité des pesticides communément utilisés en palmeraie, incluant divers herbicides et insecticides. Il permet d’évaluer les risques de pertes vers l’environnement en fonction notamment de l’âge des palmiers, du mode d’application, de la dose et de la fréquence. Le risque est ainsi dépendant à la fois des pertes potentielles et de la toxicité des molécules. Cet outil, développé avec l’appui de l’Alliance Française pour une Huile de Palme Durable, a pour objectif de guider le planteur vers des pratiques moins dangereuses pour l’environnement.

 

Pour plus d’informations sur le partenariat Alliance/Cirad et ces projets : https://www.huiledepalmedurable.org/nos-partenaires/