Réaction de l’Alliance au rapport d’Amnesty International

L’Alliance Française pour une Huile de Palme Durable accorde la plus grande attention aux conclusions du rapport d’Amnesty International.

Elle rappelle qu’à l’heure actuelle, ONG, pouvoirs publics et experts scientifiques s’accordent tous sur le fait que l’huile de palme est une ressource incontournable pour nourrir les 9 milliards d’êtres humains qui peupleront notre planète en 2050 tout en limitant l’accroissement des terres agricoles.

Les membres de l’Alliance sont des industriels engagés dans le développement de la filière durable de l’huile de palme. A ce titre, ils sont extrêmement vigilants quant à la protection de l’environnement mais également des conditions de travail des employés des plantations dans lesquelles ils s’approvisionnent. Les critères de la certification RSPO, la législation des pays producteurs en matière de droit du travail, les chartes Qualité propres aux entreprises, les outils de vérification sont autant de mesures que nous appliquons pour nous prémunir au mieux de toutes  formes de dérives. A titre individuel, certains membres sont aussi engagés sur le terrain. Pour autant,  les chaînes d’approvisionnement restent complexes notamment du fait de la grande diversité des acteurs de la filière (raffineurs, producteurs,  petits planteurs) et nous sommes conscients qu’il nous faut encore aller plus loin pour garantir l’efficacité de nos moyens de contrôle afin de contribuer à enrayer ce type de pratiques.

Nous saluons aujourd’hui le travail des enquêteurs d’Amnesty qui rappelle les efforts qu’il reste à accomplir pour garantir des chaînes d’approvisionnement à 100% « durables », que ce soit au plan environnemental mais également social. Nous restons mobilisés dans ce sens et convaincus depuis toujours de l’importance de l’action collective: nous appelons Amnesty International et l’ensemble des ONG sociales à bien vouloir nous accompagner dans l’identification de solutions pérennes propres à relever ce défi.

Fil Twitter