Vote du Parlement Européen en faveur de l'huile de palme Durable

L’Alliance Française pour une Huile de Palme Durable se félicite de la résolution du Parlement européen, votée aujourd’hui en séance plénière à Strasbourg. En effet, le rapport « Huile de palme et déforestation des forêts tropicales », à l’initiative de la Commission « Environnement » du Parlement européen, a été voté par la majorité des députés.

Le Parlement européen reconnaît les efforts et les progrès de la filière durable de l’huile de palme, qui offre aux petits planteurs des opportunités économiques viables tout en respectant l’environnement. En effet, 40% de la production mondiale d’huile de palme est issue des petits planteurs. C’est pourquoi, il est indispensable, comme le souligne ce rapport, que les critères de durabilité permettent d’inclure ces derniers. Ce rapport insiste également sur la nécessité de renforcer la coopération internationale et les actions locales afin de permettre aux petits planteurs d’avoir accès à des formations et du matériel végétal optimisé pour des pratiques plus durables.

Le Parlement européen considère également que les contributeurs de la déforestation sont nombreux. L’huile de palme est en effet responsable à hauteur de 8% de la déforestation mondiale brute (source : rapport 2013 Commission EU sur l’impact de la consommation européenne sur la déforestation). Toutefois, les députés reconnaissent les efforts déjà réalisés par les entreprises agroalimentaires engagées dans la filière durable de l’huile de palme, comme en témoigne la Déclaration de New-York sur les forêts, et plus récemment, la Déclaration d’Amsterdam.

Le Parlement européen demande à la Commission européenne d’accroître la traçabilité de l’ensemble des matières premières agricoles responsables de la déforestation (soja, huile de palme, riz, canne à sucre, maïs…), de développer des standards qui permettent d’inclure les petits planteurs et de mettre en place des campagnes d’information pour les consommateurs européens. Il recommande ainsi d’adopter une approche holistique incluant une étroite coopération entre les pays consommateurs, principalement l’Inde et la Chine, et les pays producteurs.

La Commission européenne dispose ainsi de plusieurs leviers pour y parvenir dont les accords de libre-échange entre l’UE et les pays producteurs. Elle va notamment devoir examiner les options de politiques publiques proposées.

« Seul un dialogue multilatéral impliquant l’ensemble des acteurs permettra de parvenir à des solutions concrètes et d’accroître la production d’huile de palme durable selon des critères toujours plus exigeants et respectueux de l’environnement. Nous appelons de nos voeux la poursuite de ce dialogue entre l’ensemble des parties-prenantes dans le cadre des travaux de la Commission européenne et en particulier l’étude en cours sur les options de politiques publiques pour prévenir la déforestation, » commente Guillaume Réveilhac, Président de l’Alliance Française pour une Huile de Palme Durable.

Fil Twitter